Accueil » Articles

Interview de Fabienne Gambrelle

Choisissez une page : 


- Fabienne Gambrelle -
capoeira-france : Bonjour Fabienne, pouvez-vous vous présenter aux visiteurs de capoeira-france ? Parlez nous de votre métier et de votre lien avec la capoeira ?
F. Gambrelle : Je suis historienne de formation et c'est l'histoire qui m'a d'abord passionnée lorsque j'ai commencé à pratiquer la capoeira. J'avais envie de connaître l'histoire de la capoeira, née de l'esclavage, et de contribuer à maintenir vivace la tradition militante de cet art de libération. Puis sont venus le plaisir du jeu, le goût de la musique et les nombreuses amitiés engendrées par la pratique de la capoeira.


capoeira-france : Comment est née l'idée d'écrire un roman mettant en scène la capoeira ?
F. Gambrelle : Initialement, je souhaitais écrire un livre d'histoire sur la capoeira mais je me suis vite aperçue que cela allait être très difficile ! Les sources écrites sont très peu nombreuses, cette histoire étant principalement orale. Lorsque j'interrogeais les capoeiristes que je rencontrais, j'obtenais des réponses variables, des informations imprécises voire fantaisistes. J'ai compris que la dimension militante de la capoeira m'empêcherait de distinguer la réalité de la fable, qui sert un combat pluriséculaire. Et j'ai réalisé que distinguer le faux du vrai, la mythologie des faits historiques, n'est finalement pas le plus important dans la compréhension de la capoeira. La culture et la spiritualité, véhiculées à travers les rondes et la musique qui les rythme, expriment une émotion, un malheur et un espoir indissociables, fondés sur un fait historique avéré et cruel : la traite des Noirs. Ce qui est important, c'est de prendre en compte la capoeira tout entière et de la maintenir vivace en l'enrichissant, comme l'ont fait les capoeiristes de tous les temps en inventant des mouvements, des chants, ou des toques (rythmes).


capoeira-france : Quel était votre but quand vous avez commencé à y travailler ?
F. Gambrelle : J'ai donc voulu ajouter ma part à la légende. Scénariste et écrivain de métier, j'ai choisi le style romanesque qui me permettait de dire ce que je savais sur la capoeira et aussi tout ce que je pouvais imaginer, pour combler les manques. J'ai eu envie d'écrire une sorte de manuel de capoeira sous la forme d'une fiction car je voulais mêler pédagogie et aventure, deux notions fondamentales dans la capoeira, qui, sans la première, n'aurait pas survécu.


capoeira-france : Comment s'est imposée la trame du livre, d'où vous sont venus les personnages et l'histoire que vous nous racontez ?
F. Gambrelle : Je souhaitais raconter une histoire d'aujourd'hui pour montrer en quoi la capoeira peut concerner et passionner un jeune adolescent, vivant en France, en 2005. Julien est le guide du lecteur dans la découverte de la capoeira, telle qu'elle se pratique actuellement dans une académie comme Capoeira Paname. Oscillant sans cesse entre le passé et le présent, la capoeira nous fait voyager dans le temps par les gestes et les chants que nous répétons. depuis des siècles. Ce lien entre hier et aujourd'hui, la réalité et le rêve, passe notamment par la musique et c'est elle qui emmène Julien et les lecteurs dans l'univers de la capoeira.


capoeira-france : Comment s'est développée la communication avec les capoeiristes de l'association Capoeira Paname tout au long de l'écriture, quels ont été vos appuis ? Le livre fait preuve de créativité en ajoutant au texte de nombreuses illustrations sur la capoeira, pouvez-vous nous raconter l'interaction que vous avez eue avec les élèves qui ont illustré le livre ?
F. Gambrelle : Tout d'abord, mes camarades de Capoeira Paname m'ont inspirée lors de l'élaboration du roman dans lequel on trouve des personnages complètement imaginaires et d'autres, beaucoup plus réels. Ensuite, leur enthousiasme pour le texte, qu'ils ont relu et commenté, m'a donné beaucoup de courage. Enfin mestre Beija Flôr, fondateur de Capoeira Paname, a proposé d'éditer le roman, enrichi de dessins réalisés par deux élèves formés de l'Académie : Betinho et Izak. Et les personnages que j'avais imaginés ont trouvé un visage, un corps, une réalité, sous le crayon de ces deux excellents capoeiristes.


capoeira-france : Que diriez-vous aux gens qui pensent être trop vieux pour lire ce "roman jeunesse" ?
F. Gambrelle : Les adultes découvriront dans ce livre une foule d'informations qui leur feront comprendre ce qu'est vraiment la capoeira, par-delà les clichés accompagnant souvent l'évocation d'un Brésil de carte postale. Et ils pourront, je l'espère, prendre plaisir, tout simplement, à lire une histoire.


capoeira-france : Avez-vous prévu d'écrire de nouvelles aventures pour Julien et le roi M'bo ?
F. Gambrelle : Bien sûr ! L'apprentissage de Julien n'est pas terminé (et celui des lecteurs non plus). La collection continue et Capoeira Paname prend les commandes ! L'écriture du volume 2 (Julien, ceinture verte de capoeira) est quasiment achevée et, dans le volume 3, Julien ira au Brésil.


 
Nous remercions chaleureusement Fabienne Gambrelle ainsi que toutes les personnes qui ont contribués à la parution de "Julien apprenti capoeira".
 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjà postés (6 commentaires)

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma