Accueil » Articles

Dimension sémiologique du berimbau

Choisissez une page : 


Le berimbau, symbole identitaire de la capoeira.
o berimbau.
[...] Si berimbau et capoeira n'ont pas toujours été mis en relation, il n'en reste pas moins que désormais, ils sont étroitement associés.

Tout d'abord ce sont les maîtres qui non seulement jouent de l'instrument dans la "Roda" (cercle formé par les pratiquants lors du jeu), mais qui, en plus, le fabriquent et en dispensent l'enseignement (tant au niveau de la fabrication que de l'utilisation).

Dans cette mesure là, il est clair que dans l'inconscient collectif brésilien, le berimbau est un symbole identitaire fort associé aux capoeiristes. On sait que lorsqu'il est présent, le jeu de la capoeira n'est pas loin.

Cette "association d'idée" est d'autant plus forte pour les gens du sud, de l'ouest et du centre du Brésil dans la mesure où la capoeira, élément du folklore spécifiquement bahianais est une pratique quelque peu "exotique " même si, au cours du siècle, cette pratique s'est institutionnalisée et diffusée dans tout le pays.

Nous voyons ici comment un instrument de musique a pu être associé à une pratique sportive, dans l'inconscient collectif de tout un pays.

A titre d'exemple, il nous faut signaler que les percussions (atabaque et pandeiro) qui entrent également dans l'accompagnement musical de la capoeira lors de la "roda ", ne se sont pas quant à eux limités à la pratique circonscrite de ce sport.

En effet, ils sont pratiqués ailleurs, dans un univers musical riche et varié et ne sont pas automatiquement associés à la capoeira dans l'inconscient collectif populaire comme peut l'être notre objet.


Le berimbau, symbole de Bahia.
o largo do Pelô.
La ville de San Salvador de Bahia est une plaque tournante touristique du Brésil et la ville la plus visitée du pays. Sa richesse historique et patrimoniale en est une explication (la ville aux 365 églises). Ce passé très ancien et très dense est à l'origine de ce que nous avons nommé dans notre introduction " cultura bahiana" selon l'expression consacrée au Brésil.

A l'intérieur de cette "cultura bahiana" donc, se juxtapose et se chevauche un ensemble de pratiques allant de l'univers du candomblé (religion africaine) à la tradition culinaire incarnée par les dames bahianes en robe blanche qui, au coin des rues, proposent les fameux " acarajés, carurus, cocadas" et autres délices, et sans oublier les pratiques folkloriques nombreuses à fort caractère africain. Au milieu de ce tableau pittoresque, la capoeira (et par extension le berimbau) figure en bonne place.

Notre propos est ici de montrer que ce processus de " mise en avant" de la capoeira et du berimbau est le résultat d'une démarche réfléchie des autorités locales afin de renforcer l'image de la ville et par la même le tourisme.

Le centre historique, le quartier du "Pelourinho" (qui signifie "le Pilori ": celui-ci était situé sur la place centrale de ce quartier, et c'est là qu'étaient châtiés en public les esclaves), par ailleurs très pittoresque et coloré a, sous les directives de CH. Magalhaes (Gouverneur de l'Etat et Maire de la ville) subi de nombreuses modifications au cours des années 90.

Au cours des années, ce quartier très populaire a été l'objet d'un important projet urbain de réhabilitation et de rénovation.

Comme l'explique Tania Penido Mortteiro dans sa thèse intitulée "Projet d'histoire des quartiers de Salvador" et comme le confirme par ailleurs le guide du Routard, le Pelourinho était dans les années 80 un quartier marginalisé, car "mal famé" et dangereux. Cet état de fait avait bien sûr une influence sur le tourisme qui diminuait du fait de l'insécurité des rues.

Ce projet urbain de réhabilitation a eu pour effet de chasser les plus pauvres vers les "suburbios" (faubourgs) et de redynamiser la vie "touristico-commerciale ".

Le Pelourinho est aujourd'hui un "dysney-land" de l'histoire coloniale brésilienne où les touristes peuvent prétendre visiter la ville sans jamais vraiment franchir les limites spatiales du quartier.
 
Un grand merci à Anabel Liquori pour nous avoir autorisé à publier cette partie de sa recherche réalisée sur le berimbau.
 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjà postés (4 commentaires)

 
  Copyright © 2001, 2017 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma