Accueil » Articles

Projet gouvernemental pour une immigration choisie et capoeira

Choisissez une page : 


De la commémoration de l’esclavagisme à la marchandisation des étrangers.
Suite aux débats sur les « bienfaits » de la colonisation notre Etat reconnaît enfin notre passé d’esclavagistes. Après, la reconnaissance, il serait d’ailleurs indispensable d’en faire un vrai travail de mémoire. Toutefois aujourd’hui, l’urgence n’est peut-être à cette tâche.
Certes, en tant que capoeiriste, sans en prendre forcément conscience, nous participons dans tous les mouvements, dans tous les chants, dans toutes les rodas, dans toutes les discussions à ce travail de mémoire. Ce travail est même double. Tout d’abord, nous vivons dans une Nation qui a exploité des millions de corps humains, de marchandise humaine. Ensuite nous découvrons et pratiquons une tradition d’aujourd’hui qui porte en elle les vécus d’exploitation, de souffrance et les richesses de joie, de communauté, de résistance et enfin de libération vis-à-vis de l’esclavagisme.
Ce regard sur l’histoire par nos échanges et nos apprentissages présents ne peut nous laisser indifférents sur les réalités actuelles.
Nos gouvernements et nos Parlements partout en Europe et particulièrement en France sont en cours d’élaboration (le projet de loi CEDESA est actuellement débattu au Parlement) de régimes encore plus durs à l’encontre des étrangers. Ces gens-là parce ce qu’ils sont eux, c’est-à-dire tout simplement pas nous, sont et seront traités sans considération humaine. Entre parenthèses, méfions-nous que dans nos sociétés plus sécuritaires que sécurisées, ce traitement honteux ne s’arrête pas qu’à cette cible.
Les lois passées et celles à venir invitent à traiter, à considérer a priori les non-nationaux comme des profiteurs indésirables qui doivent prouver qu’ils nous apportent plus qu’ils nous coûtent. Eux qui sont bien plus en danger que nous face notre ordre public, se doivent en plus d’être une marchandise, un produit rentable. Comment nous qui nous enrichissons tant des échanges des partages avec l’autre d’ailleurs, pouvons-nous ne pas faire un geste, non politique, mais de solidarité et d’indignation ?
Laisser renforcer ce filtrage des étrangers, c’est nier l’existence de la capoeira en France, c’est rendre encore plus difficile la rencontre des individus avec qui nous devons jouer et apprendre pour ne pas perdre les sens de notre pratique.
Plus globalement, de tels choix politiques font trop écho à des usages passés et sont surtout tout simplement inconcevables. La peur ne doit pas amener à trier en pensant qu’il y a des humains acceptables et des humains jetables.


Pour que notre présent n’imite pas notre passé.
Parce ce que nos ici d’ailleurs sont plus riches que tout rapport de production.
Parce que la vie de famille et les relations sociales ne doivent dépendre que de la simple condition d’être humain.
Et parce que les échanges entre humains ne doivent pas être soumis à l’appréciation des « talents et compétences » des étrangers par une quelconque administration.




Mercredi 10 mai, nous capoeiristes de Toulouse, nous jouerons quelque part, à quelques instants pour montrer que nous nous souvenons des traitements passés et que nous marquons notre désapprobation aux traitements actuels et à venir des étrangers.
Et puis après on verra bien…
Irmaõ da roda nous vous invitons à prendre vos initiatives, vos réflexions et vos particularités pour manifester vos sentiments sur ce jour de mémoire et ces temps d’écrémages nationalistes.


En savoir plus
Voici une sélection de liens qui vous permettront d'en savoir plus sur ce projet "d'immigration choisie"

Uni(e)s contre une immigration jetable :
http://contreimmigrationjetable.org/index.php3

Projet gouvernemental pour une immigration jetable :
http://contreimmigrationjetable.org/article.php3?id_article=13

Nouvelle analyse du projet de loi modifiant le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) :
http://www.contreimmigrationjetable.org/article.php3?id_article=251

[Pdf] Nouvelle analyse du projet de loi modifiant le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) :

http://www.contreimmigrationjetable.org/IMG/pdf/analyse_2006-04-11_Uni-e-s.pdf
 
Merci à Guillaume Carrayre pour nous avoir posté son article.
Nous nous joignons à lui pour vous inviter à vous organiser de votre côté, avec votre association, vos camaradas capoeiras, dans votre ville dans le but de soutenir cette initiative contre le projet gouvernemental de "l'immigration jetable"
 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjà postés (14 commentaires)

 
  Copyright © 2001, 2017 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma