Accueil » Articles

La capoeira Regional, par Káthia Klein.

Choisissez une page : 


Origines de la Capoeira Regional.
- Mestre Bimba, journal "A Tarde", le 1er août 1936 -
Dérivée de la Capoeira Angola, la Capoeira Regional est caractérisée par l'agilité de ses mouvements ainsi que par leur plus grande variété.
Je dis "dérivée" de la Capoeira Angola parce que ce fût à partir de celle-ci que Manoel dos Reis Machado (Mestre Bimba) créa la Capoeira Regional.


C'est à partir des mouvements de "l'Angola" mélangés à ceux du "Batuque", une danse africaine dont le père de Manoel dos Reis Machado, Luiz Cândido Machado, était champion, que fut créée la "lutte régionale bahianaise", premier nom de la Capoeira Regional.


Manoel dos reis Machado, Mestre Bimba, ajouta plus d'agilité dans les mouvements de la Capoeira Angola, car il voulait voir un jeu joyeux, festif, acrobatique et principalement, agile. Il y apporta également quelques influences du "batuque" donnant encore plus de dynamisme à la lutte.

A ses débuts (vers 1928) la capoeira regional bahianaise n'était pratiquée qu'à Salvador de Bahia.

A partir des années 30, quand fut institué l'Etat Nouveau, le Brésil passa par une phase de nombreuses transformations politiques, culturelles et sociales où la modernisation était inévitable ; c'est à ce moment que surgit l'opportunité pour Mestre Bimba de faire connaître son style de capoeira aux classes privilégiées de la société.

En 1936 il organisa la première démonstration publique de son travail, et un an plus tard, il fut invité par le gouverneur de Bahia de l'époque, le Général Juracy Magalhães à faire une représentation au Palais du Gouvernement où était présent le "gratin" de la haute société.

Après cet événement, la capoeira Regional fut reconnue comme sport national . Mestre Bimba obtint, du Secrétariat de l'Education et de l'Assistance Sociale, le titre de professeur d'éducation physique et son académie fut la première légalement reconnue.

Pour être un capoeiriste regional, Mestre Bimba exigeait de celui-ci qu'il soit inscrit à l'école et qu'il présente son bulletin scolaire, ou bien que ce soit un travailleur régulièrement muni d'une carte de travail dûment signée et qu'il la lui présente.

C'était la manière de prouver que la capoeira regional n'était pas une pratique de vagabond, qu'il y avait là des personnes honnêtes, travailleurs ou étudiants et ainsi, l'enseignement de la "regional" de Bimba s'étendit aux quartiers, aux universités, clubs de sociétés et autres institutions publiques, sans subir les interférences des "moralistes" de l'époque.

 
un grand merci à Káthia Klein qui nous a autorisé à traduire et publier sur capoeira-france.com son travail, ainsi qu'à Chiclette pour sa grande participation lors de la traduction
 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjà postés (4 commentaires)

Autres articles sur le sujet :
  Rivalités entre capoeira Angola et capoeira Regional, par Káthia Klein.

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma