Accueil » Articles

Mestre Jogo de Dentro, préoccupations d'un angoleiro.

Choisissez une page : 






Au moment où tout Bahia célèbre les 90 ans du Mestre João Pequeno, capoeira-france met en ligne une entrevue de l'un de ses élèves les plus respectés par son travail et sa capoeira, le Mestre Jogo de Dentro. Effectuée au Québec pour capoeira-france lors d'une visite au Contramestre Colette, cette entrevue nous livre un aperçu de la formation du mestre -auteur de trois cd et d'un dvd de grande qualité- ainsi qu'un bref état des lieux de la capoeira angola telle qu'elle se diffuse au Brésil et à l'étranger. Un grand merci au Contramestre Colette et à notre ami Jérôme d'être venus élargir la sphère des contributeurs.
guilhem. rédaction capoeira-france.

Pouvez-vous nous donner un aperçu de votre parcours de capoeiriste?

 

J’avais 17 ans quand j’ai commencé à m’entraîner à la capoeira avec Mestre João Pequeno au Forte Santo Antonio à Salvador. Pendant 4 ans, 3 fois par jour (matin, midi et soir) j’allais rejoindre Mestre João Pequeno pour m’entraîner. Après ces 4 ans, Mestre João Pequeno m’a demandé de commencer à enseigner pour lui. Cela faisait 3 ans que j’enseignais lorsque j’ai reçu le titre de contramestre. En tant que contramestre j’ai continué à donner les entraînements pour Mestre João Pequeno. Ensuite lorsque Mestre João Grande est parti vivre aux États-Unis, ses élèves m’ont invité à diriger leur entraînement à la capoeira angola dans le local qu’ils occupaient au Teatro Miguel Santana. C’est à cette époque aussi que j’ai fondé le Grupo de Capoeira Semente do Jogo de Angola.


Quel est votre perception du développement de la capoeira angola au Brésil et ailleurs?

 

J’aime voir l’espace grandissant que la capoeira occupe aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Brésil, particulièrement à Bahia. Lorsque j’ai commencé à pratiquer la capoeira angola, elle était considérée comme une chose du passé que seulement les vieux pratiquaient. Aujourd’hui, elle est beaucoup pratiquée, mais les fondements sont connus par peu. Selon moi, ceci est désastreux pour
le futur de la capoeira angola. Quand je parle des fondements de la capoeira angola, je veux parler de la musique, des rythmes au berimbau, des chamadas, du respect de ses collègues, de jouer avec l’autre et non contre lui...

 

Est-ce de plus en plus difficile de défendre une capoeira angola traditionnelle, maintenant que beaucoup de capoeiristes de tous horizons prétendent enseigner/pratiquer la capoeira angola?

 

Certainement, parce que l’enseignement de la capoeira angola traditionnelle nécessite un travail continu d’autocorrection et de contrôle pour ne pas tomber dans la contradiction, pour ne pas dire une chose et en faire une autre, ce qui se voit beaucoup de nos jours. Si je dis maintenir une capoeira angola traditionnelle, je sais très bien que ce n’est pas la capoeira d’il y a 100 ans. Mais pour maintenir cette tradition, il y a des choses fondamentales que l’on ne peut pas se permettre d’oublier.

 

Quels sont les principes ou bases de la capoeira angola que vous sentez menacés de se perdre avec le temps?

 

Le jeu, puisqu’on joue de plus en plus contre le partenaire au lieu d’avec le partenaire. L’attitude, le comportement, le savoir, le respect d’autrui. Apprendre avant de vouloir enseigner.
Même si vous désirez enseigner une capoeira pure, voyez-vous des choses favorables à l’évolution de la capoeira qui a eu lieu depuis l’époque du Mestre Pastinha?

 

Ce qui est intéressant aujourd’hui par rapport à l’époque de Mestre Pastinha, c’est de voir que certains mestres arrivent à vivre et survivre grâce à elle. Il y a aussi beaucoup plus d’écoles et de personnes qui l’étudient, elle est aussi devenue plus acceptable et non plus considérée comme une pratique de voyous.

 

Plusieurs initiatives naissent en ce moment au Brésil pour promouvoir la capoeira angola, ou encore pour lutter contre l’altération de l’enseignement de la capoeira par le système académique. Vous sentez-vous impliqué dans quelques-unes de ces actions?


Je me suis toujours prononcé contre le fait qu’un professeur d’éducation physique puisse donner des cours de capoeira au Brésil, ou encore que l’on demande aux mestres d’obtenir un diplôme de professeur d’éducation physique. Ce sont deux choses qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Chaque fois que l’on m’en donne l’opportunité, dans des séminaires ou autres, je me prononce contre cet état de fait.

 

Les professeurs et mestres de capoeira se sont efforcés de développer la capoeira en Europe, Amérique du nord, Australie... Mais d’autres régions du Monde plus pauvres n’ont pas bénéficié du même apport. Comment cela se fait-il?

 

La capoeira est née dans la pauvreté, dans les quilombos et les favelas, et se doit de continuer d’être enseignée dans ces endroits-là. Mais les mestres de capoeira ont le droit eux aussi à une vie meilleure. Sinon il leur arrivera la même chose qui s’est passée avec Mestre Pastinha et autres, qui sont morts dans la pauvreté.


Comment est venue la décision de nommer Colette, contramestra?

 

C’est par son travail, son implication, son évolution et ses connaissances. Parce que selon moi pour être contramestre ou mestre, il ne suffit pas seulement d’être bon au jeu de la capoeira, mais être bon pour transmettre ses connaissances, avoir une bonne attitude avec les autres et une certaine reconnaissance de la part de ses pairs. C’est pour tout cela que j’ai pris la décision de lui donner le titre de contramestre.


Y a-t-il eu des réactions positives ou négatives par rapport au fait que Colette soit une femme blanche non brésilienne?


Non, pas vraiment parce que le monde de la capoeira angola sait reconnaître ceux qui l’apprécient et la défendent. Ce n’est pas une question de couleur de peau ou de sexe. S’il y a eu de mauvais commentaires, ils n’ont pas été faits devant moi.


Avez-vous d’autres projets “internationaux” pour le groupe?


Actuellement, une seule cellule du groupe existe en dehors du Brésil, au Canada. En Italie, une autre est en train de naître. Cependant mon objectif personnel n’est pas d’avoir le Grupo de Capoeira Semente do Jogo de Angola répandu partout à travers le monde, parce que plus de cellules du groupe signifie aussi moins de temps à accorder à chacune. Ça ressemblerait à ce que j’ai dis précédemment : affirmer une chose et faire tout le contraire.


Quelle est votre définition de la mandiga?


Au départ, l’appellation mandinga vient d’une population africaine ainsi nommée. Les gens qui la composaient étaient reconnus pour être astucieux et aimer s’amuser et rigoler. Dans la capoeira, la mandinga ou le mandingueiro va être celui qui est bon dans la feinte, qui possède un jeu diversifié et enjoué. L’appellation peut aussi être en relation avec le candomblé ou une autre forme de religion ou pouvoir relevant de la magie.


Est-ce que vous refuseriez de communiquer un “secret” de la capoeira parce qu’il pourrait être dangereux si mal utilisé?


Selon moi, la capoeira n’a pas de secret. Tout est question de savoir, et le savoir ne peut être transmis qu’à une personne possédant un bon équilibre mental et physique. Certains mouvements ne sont enseignés qu’aux personnes qui ont cet équilibre et qui seront capables de juger à qui les transmettre.


Que rêvez-vous que les gens fassent avec la capoeira?


Qu’ils soient conscients de ce qu’ils font avec la capoeira. Qu’ils prennent le temps de l’étudier avant de l’enseigner. Qu’ils n’oublient jamais le respect de l’autre. Qu’il y ait plus de recherches réalisées. Et avant de parler en mal de quelqu’un, être capable de se corriger soi-même.


C’était le message du mestre Jogo... Maintenant, quel est le rêve de l’être humain Jorge?


Mon rêve serait d’avoir les moyens financiers pour ouvrir une école de capoeira pour les gens issus des favelas et autres milieux pauvres. Pour amener la capoeira parmi ceux qui l’ont vue naître.

 

Questions rédigées par Jérôme "Pepe". Entrevue et transcription par le contramestre Colette, élève du Mestre.

 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjŕ postés (7 commentaires)

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma