Accueil » Articles

Projection de Mestre Bimba, A Capoeira Iluminada. 10ème Festival du Film Brésilien à Paris.

Choisissez une page : 






Dans le cadre de la dixième édition du Festival de Cinéma Brésilien de Paris, l'association Jangada propose de découvrir du 23 au 26 mai, pour la première fois au cinéma en France et sous titré en français pour l'occasion, le film événement de Luiz Fernando Goulart, Mestre Bimba, A Capoeira Iluminada. Merci à eux !

Inspiré de l'oeuvre de Muniz Sodré dont la traduction française « Maître Bimba, le capoeiriste au corps magique » avait fait l'objet d'un précédent article sur notre site, le film du réalisateur Luiz Fernando Goulart est sans conteste un événement pour notre petite communauté capoeiristique. «Mestre Bimba, A Capoeira Iluminada » conte au travers de témoignages d'anciens élèves et d'images inédites au cinéma, l'histoire de Mestre Bimba, Manoel dos Reis Machado (1899-1974) qui dédia sa vie à rendre sa dignité et la lumière à la capoeira. D'origine humble, grand joueur et réformateur de la capoeira, son nom est l'une des premières références d'un élève de cet art, quel que soit le pays où il se trouve. Des dizaines de chants et de rodas lui sont consacrés dans les académies du monde entier.


Luiz Fernando Goulart, déjà réalisateur de nombreux courts et long métrages et producteur de films de Carlos Diegues (Chuvas de verão, Os Herdeiros...), a conservé pour son film la structure du livre de Muniz Sodré utilisant les chants afin d'illustrer certaines époques de la vie du Mestre. L'auteur, lui-même anciennement surnommé americano dans l'académie bahianaise y est d' ailleurs longuement interrogé. Le film est ainsi une succession d' images d'archives, de témoignages de ses proches, ses anciens élèves et ses compagnes successives. Le tout est entrecoupé de témoignages d'éminents acteurs de la capoeira actuelle qui témoignent de l'héritage laissé par le Mestre Bimba, comment il projeta la capoeira dans l'ère moderne, réformant sa transmission et certains de ces codes tout en assumant son africanité. Un montage rythmé et accompagné de nombreux chants et d'images de rodas. On regrettera toutefois que la problématique du documentaire ne mette pas plus en lumière les nombreuses évolutions que la capoeira a continué à connaître au cours du siècle dernier (ça y est je m'y suis fait !) car il me semble que peu de groupes se réclamant pourtant du Mestre Bimba utilisent encore ses méthodes d'entraînements et les codes propres aux rodas de capoeira régional. Oui, le Mestre est chanté et loué dans toutes les rodas de la planète mais l'icône bahianaise est aussi devenue un passeport universel dans le monde des capoeiristes, sorte de bannière publicitaire absolue vectrice de légitimité.

Néanmoins, c'est un film documentaire d'une très bonne qualité effectué avec passion et conscience que nous vous invitons à découvrir à l'occasion de ce festival.

Une ode à la Capoeira Regional et à son créateur.

Regionais ou angoleiros ne manquez pas l'occasion d'assister au film sur grand écran !


Cinéma Latina 20 rue du Temple à Paris.

Vendredi 23 mai à 14h. Samedi 24 mai à 22h. Lundi 26 mai à 14 h.

 

Vous pouvez aussi voir la programmation du Festival dans son intégralité.

http://www.jangada.org/fr/index.htm

 

Guilhem. rédaction capoeira-france

 

Choisissez une page : 
Votre avis sur cet article :

Donnez votre avis sur cet article
Voir les commentaires déjà postés (0 commentaire)

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma