Accueil » Chroniques de cd audio, livres et DVD

Vida de Mandingueiro. Etre Capoeira.

Vida de Mandingueiro. Etre Capoeira. - Mathias Monarque et Cécile Bennegent.
Editeur : Mécanos Productions., 2006-01-01

Fruit de nombreuses années d'âpres combats pour convaincre maison de production et d'éventuels partenaires financiers, le documentaire Vida de Mandingueiro de Mathias Monarque et Cécile Bennegent déjà diffusé sur France 3 Région Rhône-Alpes-Auvergne, le 02 décembre 2006, et dans quelques événements culturels de la région lyonnaise sortira prochainement en dvd (d'ailleurs enrichi de nombreux bonus!). Initié dés 2000, le projet naît de la collaboration d'un jeune diplômé de cinéma, Mathias Monarque et de Cécile Bennegent, dont nous avions déjà été l'écho du travail (cf chronique, « Capoeira. L'art de lutter en dansant »), et aprés de nombreux aléas, bénéficie de l'engouement autour du Brésil en 2005.

Loin des archétypes du documentaire classique sur la capoeira ne présentant qu'aspects folkoloriques ou spectaculaires, dégagé de tout montage « clipesque » -tête de gondole des productions actuelles- les co-auteurs nous livrent un travail de 52 minutes à vocation généraliste, sensible et à la problématique ambitieuse.

«...Ce film va à la rencontre de plusieurs personnages, maîtres de capoeira : quelle est leur histoire, leur philosophie de vie ? Leurs témoignages sont au cœur du film. Certains de ces maîtres, déjà très âgés, sont la mémoire vivante de cette pratique populaire et marginale qui a énormément changé depuis le début du siècle. Leur savoir est précieux, essentiel à l’histoire d’un peuple et important à nos yeux. C’est donc à travers les récits de vies des personnages, des plus anciens aux nouvelles générations, que nous voulons comprendre et donner à voir comment se transmet ce patrimoine culturel et identitaire.Ainsi, nous souhaitons participer à la transmission et l'évolution de ces cultures en apportant un autre regard».

D'entrevue en entrevue, le spectateur effectue accompagné du désormais célèbre montpelliérain, Mestre Sorriso (Senzala, pour ceux qui l'ignorent), un voyage introspectif au Brésil évoquant l'évolution de la capoeira au cours de ces dernières décennies. Nous menant à Rio de Janeiro puis à Salvador de Bahia, le cercle s'achève où tout commence, à Lyon.

 

 

Point important, l'un des atouts majeurs du documentaire réside en la qualité indéniable de l'image et du montage. N'y voyez pas un simple documentaire mais un superbe film, réhabilitant un genre souvent dénigré. La partie consacrée à Rio de Janeiro surprend tant la lumière est travaillée et la ville photogénique et ceci, des entrevues, aux cours en extérieur du toujours souriant Mestre Garrincha. Salvador de Bahia n'est pas en reste surtout lorsque l'on mêle aux images de la ville baroque une telle qualité d'archives - Jair Moura, entre autres...-. Et s'il est vrai que la plupart des sources utilisées ne présentent pas une grande nouveauté pour les capoeiristes érudits, leur utilisation reste cohérente, à bon escient et jouit d'un montage respectueux.

Evoquons désormais, les témoignages sollicités et précédemment signalés. Tour à tour les Mestres Leopoldina, Garrincha, Sorriso, Toni Vargas nous livrent leur vision de la capoeira et évoquent le quotidien brésilien à grand renfort de ladainhas diverses. Le propos demeure plaisant mais assez généraliste; sont évoqués entre autres malandragem, apprentissage et racines du groupe Senzala...

La partie consacrée à l'histoire et l'actualité bahianaise revêt un plus grand interêt dans la compréhension des mécanismes de modernisation de cette pratique populaire. Ainsi l'historien Frede Abreu nous livre-t-il sa vision (corroborée par Mestre Gigante, élève de Bimba) du pas décisif que les Mestres Bimba et Pastinha ont su faire franchir à cet art si longtemps proscrit et marquer les débuts de la résistance organisée du peuple noir, apportant un regard concis sur cette période qui a fait basculer la capoeira dans l'ère de la libre diffusion et offert un nouvel étendard à la culture afro-brésilienne et par extension, brésilienne. Le Mestre Lua Rasta, comme il se plaît à le dire, « angoleiro de coração », anarchiste truculent, met quant à lui en exergue la nécessité de préserver une capoeira plus spontanée qui ne tient pas forcément compte de toute évolution mais qui « est ce que dit son berimbau », tout simplement. Deux axes distincts mettant assez bien en valeur les nouveaux enjeux de la capoeira, soient la réhabilitation d'une culture noire fortement enracinée, « l'érudition illettrée », son utilisation comme vecteur d'éducation, et par ailleurs ses propres paradoxes, une certaine uniformisation voire une globalisation d'un art prônant la liberté.

Vida de mandingueiro nous propose donc un documentaire assez éclairé qui nous renseigne sur le rapport à la transmission et à la préservation qui préoccupe les Mestres de la Senzala; toutefois, il apparaît légitime de se demander si la vision d'un seul groupe ne propose pas une fenêtre réduite sur cet art complexe et pluriel. Sans parler d'un film hégémonique, il est difficile d'envisager le regard d'un groupe aussi important et représenté comme étant l'« autre regard » évoqué en présentation. La capoeira est vérités et non, Vérité. Elle est l'agglomérat d'entités mûes par une respiration commune et en ce sens la problématique parait un peu exhaustive...ceci étant peut-être dû, assez paradoxalement, à la volonté des auteurs de proposer un support généraliste à un public peu ou pas conscient de la pluralité en question. Il demeure quand même un document trop rare pour ne pas être salué par la rédaction de capoeira-france qui se réjouit de ce type d'initiatives et loue de nouveau sa très grande qualité picturale.

Une sortie à surveiller.

 

guilhem. rédaction capoeira-france.

plus d'infos
Thème : évolutions et préservation de la capoeira

+ une qualité cinématographique de grande valeur: lumière, montage...

+ un concept de documentaire « grand public » qui privilégie le fond aux aspects spectaculaires qui ont fait le succés de la capoeira, la replaçant dans le contexte du quotidien brésilien.

- un axe de recherche pas suffisamment bien énoncé au spectateur.

  Postez un commentaire sur cette oeuvre...

 

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma