Accueil » Chroniques de cd audio, livres et DVD

Mestre Bimba, a Capoeira Iluminada. Luiz Fernando Goulart. 2006.

Mestre Bimba, a Capoeira Iluminada. Luiz Fernando Goulart. 2006. -
Editeur : , 2008-08-31

Il était annoncé comme un événement pour notre petite communauté capoeiristique, "Mestre Bimba, a Capoeira Iluminada" arrive en france en version sous-titrée. Il est le premier film sur un capoeiriste ou sur la capoeira à disposer de moyens aussi conséquents.

Père de la capoeira régionale, Mestre Bimba, décédé en février de l'année 1974, demeure encore à ce jour une figure emblématique de la capoeira, célébrée, chantée, louée...

Ce film documentaire, Mestre Bimba, a Capoeira Iluminada met en perspective les sources écrites, audiovisuelles et les témoignages des proches et contemporains de Bimba afin d'éclairer le destin de cet homme du peuple, à la formidable énergie corporelle et à l'indéniable talent musical, désormais partie intégrante des symboles mythiques de Salvador de Bahia. L' oeuvre de Luiz Fernando Goulart est sorti en salle au Brésil en 2006.

Il est inspiré de l'oeuvre du journaliste, sociologue, Muniz Sodré dont la traduction française Maître Bimba, le capoeiriste au corps magique avait fait l'objet d'un précédent article sur notre site.

C'est une oeuvre sans précédent aux moyens importants et devant la richesse de la documentation et du chapitrage, il apparaît difficile et ambitieux d' en dresser un portrait détaillé, y préférant une présentation synthétique.

1- Ouverture

2- La capoeira illégale

3- Bimba docker et capoeiriste

4- Bimba apparaît comme un éducateur et un visionnaire

5- Le souvenir de Mestre Bimba

6- Les années 30

7- Bimba crée la régionale et devient une idole bahianaise

8- La capoeira est légalisée

9- Bimba connaît Sisnado

10- Les caractéristiques de la Régional de Bimba

11- Naissance de l' Académie du Mestre Bimba

12- La méthodologie d' enseignement

13- Le Baptême

14- La Formation

15- La ginga dans la capoeira du Mestre Bimba

16- La capoeira de Bimba comme un exercice de virilité

17- Mestre Bimba, constructeur d' hommes.

18- Les shows folkloriques

19- Mestre Bimba, Référence Noire.

20- Le legs social de Mestre Bimba.

21- Le Nordeste d' Amaralina et les embuscades.

22- Mestre Bimba déménage à Goiânia

23- Bimba meurt

24- Les épouses de Bimba

25- La présence de Bimba

26- Crédits finaux.

Luiz Fernando Goulart, déjà réalisateur de nombreux courts et long métrages et producteur de films de Carlos Diegues (Chuvas de verão, Os Herdeiros...), a conservé pour son film la structure du livre de Muniz Sodré utilisant les chants afin d'illustrer certaines époques de la vie du Mestre. L'auteur, lui-même anciennement surnommé americano dans l'académie bahianaise y est d' ailleurs longuement interrogé. Le film est ainsi une succession d' images d'archives, de témoignages de ses proches, ses anciens élèves et ses compagnes successives.

 

Capoeira : de la persécution à la légalisation, de la rue à l' académie.

 

Les premières parties du documentaire dressent le contexte social qui régnait autour de la capoeira et des manifestations culturelles afro-brésiliennes dans les années 1930, des images d' archives y sont jointes (films et photos des docks de Bahia, entrevues des historiens et anthropologues: Frede Abreu, Muniz Sodré, Carlos Eugenio, Cid Teixeira....).

Quand répression et dénigrement de la culture du peuple afro-brésilien était de mise, Mestre Bimba se pose comme un rédempteur et modernisateur de la capoeira, réformant la capoeira d' une part et l' image du capoeiriste d' autre part. Le capoeiriste n' est plus le perturbateur anarchiste mais devient un éducateur « populaire ». Le documentaire s' attarde longuement et en détail ( voir les bonus et les entrevues des mestres Decanio, Itapoãn, Nenel, Camisa...) sur les aspects techniques et formatifs de la capoeira « académique » de Bimba qui souhaitait à l' époque défolkloriser la capoeira et lui donner une valeur sportive : méthodologie, baptême, formation... Cette codification est sans nul doute l' un des principaux artisans de la légalisation et de la diffusion à travers le Brésil puis le monde entier. Une façon habile de revaloriser la capoeira et les capoeiristes aux yeux des institutions.

Bimba, la Référence Noire.

Il serait erroné de prétendre que Bimba s' est coupé de ses racines africaines et des revendications qui les accompagnent. Il est acteur d' un contexte qui voit le Candomble s' affirmer comme une religion incontournable à Salvador et où l' exploitation touristique multiplie les shows folkloriques.

Ainsi, l' 'un des aspects de Bimba soulevés par l'auteur est son implication dans les résurgences de la culture africaine et particulièrement le candomblé. Ogâ-alabê ***dans le candomblé do caboclo Cinco Penas, le mestre dont la tête avait été choisie par Xangô exerça officieusement pendant prés de quarante ans le rôle d'alabê au terreiro de son épouse Dona Alice, dans le quartier à la terre orangée prés d'Engenho Velho. Et l'esprit rénovateur et créatif de Xangô n'a pas marqué seulement sa capoeira mais aussi ses relations avec le pouvoir institutionnel. Bimba aux sympathies cachées pour le discours militant, ne supportait pas l'injustice sociale et exprimait son opinion sous forme de tirades ironiques. C'est d'ailleurs ce rapport à l'institution qui l'amènera à finir sa vie à Gôiania oublié de ses contemporains.


Des extras viennent enrichir les 70 minutes de ce documentaire avec l' intégralité de l'entrevue du Mestre Decanio, un cours complet du Mestre Nenel qui a repris le travail de son père à Salvador, comment faire un berimbau (Mestre Nenel et images d' archives), des suppléménts de discussions sur l' académie par ses anciens élèves et les images de rodas des tournages !

Une ode à la Capoeira Regional et à son créateur. Un documentaire d' une grande qualité tant sur le plan des recherches que des images qui sont superbes. Il témoigne de l'héritage laissé par le Mestre Bimba, comment il projeta la capoeira dans l'ère moderne, réformant sa transmission et certains de ces codes tout en assumant son africanité. Un montage rythmé et accompagné de nombreux chants et d'images de rodas.

On regrettera toutefois que la problématique du documentaire ne mette pas plus en lumière les nombreuses évolutions que la capoeira a continué à connaître au cours du siècle dernier (ça y est je m'y suis fait !) car il me semble que peu de groupes se réclamant pourtant du Mestre Bimba utilisent encore ses méthodes d'entraînements et les codes propres aux rodas de capoeira régional. Oui, le Mestre est chanté et loué dans toutes les rodas de la planète mais l'icône bahianaise est aussi devenue un passeport universel dans le monde des capoeiristes, sorte de bannière publicitaire absolue vectrice de légitimité. C' est une réflexion peut-être douloureuse mais si Mestre bimba a professionnalisé l'enseignement de la capoeira, certains de ces successeurs l'on fait basculer de l' artisanat à la grande entreprise.


Néanmoins, regionais ou angoleiros, précipitez vous sur ce documentaire d' une grande richesse et qui a su utiliser à bon escient les moyens importants dont la production disposait.


des archives et des extras exceptionnels

un documentaire pédagogique réalisé avec de gros moyens

un menu trés bien conçu (chapitrage excellent...) et présence des sous-titres

un portrait qui va dans le sens du poil

  Postez un commentaire sur cette oeuvre...
  Voir les commentaires déjà postés sur l'oeuvre (déjà 1 message)

 

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma