Accueil » Chroniques de cd audio, livres et DVD

Abécédaire de l'esclavage des Noirs. Gilles Gauvin.

Abécédaire de l'esclavage des Noirs. Gilles Gauvin. -
Editeur : Musée Dapper., 2008-10-16

Un ouvrage de référence manquait à la traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions. Comment transmettre cette histoire sans outil adapté?

L’auteur a conçu un abécédaire pertinent pour combler ce vide. Cet ouvrage évoque les différents aspects de l’histoire longtemps occultée des anciennes colonies françaises soumises à l’esclavage (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion et Saint-Domingue/Haïti). Ce qui permet de comprendre que cette histoire partagée fait partie intégrante de l’histoire nationale. En 28 entrées, l'auteur propose une vision assez compléte de la traite négrière européenne. Une iconographie pertinente et diversifiée sollicite l’imaginaire et constitue un support pédagogique de première qualité.

Cet Abécédaire de l’esclavage des Noirs est un ouvrage de sensibilisation indispensable. Il est édité aux presses du Musée Dapper à Paris (voir bas de page).

Gilles Gauvin, docteur en histoire, auteur, spécialiste de l’histoire contemporaine de La Réunion, est depuis une dizaine d’années enseignant en collège ZEP. Il est par ailleurs, membre du Comité pour la mémoire de l’esclavage (CPME), qui tend à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Il prépare actuellement une Histoire de La Réunion.

Abolitions Bossales Codes noirs Danses Esclavage Femmes Genèse des créoles Habitations Idéologies Joug militaire Karib ou Caraïbes Louverture Toussaint Marronnage Négriers Olaudah Equiano Productions Quakers Révoltes Schoelcher et Sarda-Garriga Traite négrière Union Vie quotidienne Wetzell X(identité) Yabs Zombi.


Abolitions

La République française a aboli par deux fois l’esclavage dans ses colonies: en 1794, puis en 1848. Pourquoi a-t-il fallu deux abolitions?

La France fut avec le Portugal et la Grande-Bretagne la troisième grande puissance organisatrice de la traite négrière entre le XVIe et le XIXe siècle. Ce commerce d’esclaves africains encouragé par l’État royal fournissait de la main-d’œuvre aux colons français de l’océan Atlantique (Saint-Domingue, Guadeloupe, Dominique, Martinique, Sainte-Lucie, Grenade, Guyane) et de l’océan Indien (l’île Bourbon et l’île de France – devenues La Réunion et l’île Maurice –, puis Mayotte au XIXe siècle).

La première abolition, en 1794, n’est pas due à un simple acte de générosité des députés de la jeune République française. Député et philosophe, Condorcet, membre de la Société des amis des Noirs, avait dénoncé un «crime contre l’espèce humaine». Mais qui pouvait alors s’intéresser à de si lointains territoires? [...]

Gilles Cauvin

Traite négrière

Quelle différence y a-t-il entre esclavage et traite négrière ?

Réduire en esclavage est le fait d’enlever toutes ses libertés à un individu pour en faire une simple force de travail, alors que la traite négrière désigne le commerce des esclaves africains. Le mot «traite» recouvre en fait toute sorte de commerces.

Est-ce que ce sont les Européens qui ont inventé la traite négrière? Rappelons que le commerce des esclaves existait déjà dans l’Antiquité et que les Africains n’en furent pas les seules victimes, tel étant alors le sort réservé à tout prisonnier de guerre, quelle que soit son origine.

L’Afrique a connu la traite négrière bien avant l’arrivée des Européens, et les empires arabo-musulmans l’ont pratiquée à partir du VIIIe siècle.

Gilles Cauvin

Un ouvrage à vocation pédagogique.

Cet ouvrage évoque les différents aspects de l'histoire des anciennes colonies françaises soumises à l'esclavage (Martinique, Guadeloupe, Guyane, la Réunion et Saint-Domingue / Haïti). Ce qui permet de comprendre que cette histoire fait partie intégrante de l'histoire nationale.

Mais l’Abécédaire est également orienté sur le monde anglo-saxon, qui a joué un rôle précurseur non seulement dans la mise en place de la traite négrière, mais aussi dans le combat abolitionniste en Europe. Sans tomber dans le piège de la simplification, les textes fournissent des repères, principalement historiques et économiques, compréhensibles par tous.

Son accessibilité en fait un support pédagogique privilégié afin de sensibiliser et éduquer sur un sujet souvent évoqué trop rapidement – à l'école tout comme dans les cours de capoeira !-. Chaque entrée de l'Abécédaire est construite de façon concise. C'est vrai, 170 pages ne suffisent pas à constituer de véritables débats; cependant, les 28 parties qui constituent ce livre sont suffisament variées pour présenter une vision globale et sensible de l'esclavage des noirs. Ainsi nous sont présentés l' idéologie de la traite négrière, les principaux abolitionnistes tels que Victor Schoelcher où les grandes figures de la lutte des noirs pour leur liberté : Toussaint Louverture et l'indépendance d'Haïti, Olaudah Equiano*, Marronnage...La capoeira fait même une apparition remarquée au chapitre Danses.

Un seul petit regret, il manque une entrée entièrement dédiée à la traite intra-africaine et arabe dont la place n'est pas négligeable dans les méandres de l'histoire de l'esclavage des Noirs. A titre d'exemple, la Mauritanie n'a aboli l'esclavage qu'en 2007 et il faudra attendre plusieurs années voire décennies pour que les mentalités évoluent.


Un ouvrage conseillé à tout enseignant (le commerce triangulaire est au programme des cycles 3 à l'école élémentaire) mais aussi aux capoeiristes qui souhaitent se documenter et acquérir des ouvrages pertinents à mettre en valeur dans les médiathèques des assos et académies (et si vous n'en avez pas, c'est le moment !). On espère juste que cette publication rencontre le succès qu'elle mérite...


*Le prince esclave. Olaudah Equiano. Rageot Romans.

Fils d'un roi du Bénin, Olaudah Equiano a été le premier esclave à écrire son autobiographie. Un texte qui aprés 200 ans continua à influencer la pensée d'écrivains noirs américains tels que Booker T Washington, Marthin Luther King, Malcom X ou Maya Angelou.

Une adaptation pour la jeunesse de son roman est parue cette année aux Editions Rageot Romans (section jeunesse). Une histoire de liberté à découvrir absolument...

 

 
 
Musée Dapper
35 rue Paul Valéry
75116 Paris
01 45 00 91 75.
Un espace d'art et de culture pour l'Afrique, les Caraïbes et leur Diaspora...de nombreuses archives en ligne, des événements, des expositions.
Ce mois d'octobre "Femmes dans les Arts d'Afrique", une exposition de 150 formes diverses, représentations de la femme dans l'afrique sub-saharienne. 
 
guilhem. rédaction capoeira-france.

plus d'infos
Thème : histoire de l'esclavage
env. 170 pages

des références iconographiques riches et pertinentes.

des textes accessibles et compréhensibles par tous.

 

l'alphabet est décidément trop court.

 

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma