Mestre Ananias - original ao vivo vol.1

Mestre Ananias - original ao vivo vol.1 - Associação de capoeira angola Senhor do Bomfim.
Editeur : , 2003-01-01

Coup de coeur et coup de pouce pour Mestre Ananias-Original ao vivo.vol1

Certes, la parution du Mestre Ananias n'est pas une nouveauté cependant l'album, édité pour les 80 ans de l'honorable Monsieur, dégage une telle axé, une telle force que Capoeira France se devait de rendre hommage à la richesse de ce document, sans nul doute l'une des meilleures parutions de ces dernières années.

Ananias Ferreira -Mestre Ananias- est la synthèse de l'héritage africain au Brésil; né en 1924 dans la région du Recôncavo*, il se nourrit de sa fertilité culturelle. Immergé dans le samba, la capoeira et le candomblé, il cotoie les Mestres Waldemar, Pastinha, Cobrinha Verde... et aurait pu, lui aussi, inspirer le personnage d' Antonio Balduino au regretté Jorge Amado. Hérault de la culture populaire, il rejoint São Paulo dans les années 1950 où il travaille avec les meilleurs sambistas de l'époque dans les grands théatres de l'état. Il fonde dés 1953, la roda la plus traditionnelle de la méga-lo-pole paulista, la Roda da Praça da Republica qui perdure encore aujourd'hui, toujours animée par la volonté de permettre aux classes défavorisées de dépasser les préjugés raciaux et sociaux. Il est aujourd'hui le plus ancien représentant de la capoeira angola à São Paulo. Ce premier** album de l' Associação de capoeira angola Senhor do Bomfim vient donc couronner plus de cinquante ans de travail, ce qui déjà par sa longévité méritait une belle mise en lumière.


Fort de mes vadiaçoes de l'année passée en terre bahianaise, quelle ne fut ma surprise en rentrant, de constater que l'album que j'avais pris pour une quasi nouveauté circulait déjà allégrement et faisait l'unanimité chez les mestres et professeurs qui se l'étaient procuré...alors le voici délicatement déposé dans mon lecteur pour une écoute approfondie.

A la première écoute, ladainhas enlevées, corridos populaires peu ou jamais entendus et une batería superbement balancée révèlent un album assez « brut », exempt d'arrangements complexes; les berimbaus sont subtilement harmonisés et sans s'oublier dans des variations interminables sont porteurs d'un « swing » extrêmement efficace. Fidèle aux conditions imparfaites d'une roda, il se dégage une spontanéité dans la musique et dans le chant nous rapportant immédiatement aux autres résurgences de la culture africaine au Brésil, car le Mestre dit conduire un travail qui assume candomblé, capoeira et samba comme guide, vérité et vie. N'en déplaise à certains qui ne souhaitent pas voir la capoeira assimilée à des pratiques religieuses, chez le Mestre Ananias le candomblé est ingrédient constituant et l'on ressent sa présence dans les corridos mais aussi dans le chant lui-même, conférant une grande énergie à cet opus. La vitalité, le naturel du chant n'exclut d'ailleurs pas quelques dérapages que le Mestre traite avec humour -notez le « não deixa a peteca cair » (ne laisse pas la peteca tomber!) du début de Cachoeira, São Felix- et toutes ces petites imperfections, loin de lui nuire, confère à l'album une fraîcheur incomparable.

 

Ainsi loin d' albums revendiquant une certaine modernité, l' Associação de capoeira angola Senhor do Bomfim réussit-elle le tour de force de nous proposer tant par les corridos que par l'harmonie si particulière entre le Mestre et le choro, un témoin inespéré de la musique de capoeira telle qu'elle pouvait être il y a plus de cinquante ans, dans les rodas du Mestre Waldemar da Paixão dont Ananias fut le contra-mestre, de nous offrir une vision sensible de la négritude au Brésil et de nous proposer ceci comme une nouveauté. A déplorer cependant, l'absence de textes joints au livret rend la transcription de plusieurs ladainhas et corridos totalement impossible et ceci peut nuire au projet global de réhabilitation de chants populaires. Je continue toutefois à me délecter de ce petit bijou qui a cadencé cette chronique (écrite en live!!!).

A écouter absolument...et si un jour prochain vous passez en terre paulista, rendez vous Praça da Republica car malheureusement nul n'est éternel et de tous les témoignages recueillis musique et jeu valent le déplacement.

Vous pouvez écouter un extrait dans la boutique.

*(pour les passionnés de capoeira et non de géographie, le Recôncavo désigne la région située autour de la Baie de tous les Saints qui borde Salvador dans l'état de Bahia)

**(c'est en effet le premier album du groupe mais le Mestre avait déjà enregistré un autre album avec le Mestre Pedro Feitosa dans les années 90)

 

guilhem. rédaction capoeira france.

plus d'infos
Thème : capoeira ao vivo
13 pistes

+ la bateria énergique sert une voix charismatique qui rythmera avec bonheur entraînements, trajets en voiture, crise de ménage...

+ la redécouverte de corridos populaires porteurs d'ancestralité

- chose malheureusement récurrente, l'absence des paroles des ladainhas et des corridos nuit au potentiel pédagogique de l'album.

- certains n'apprécieront pas le montage qui laisse ici et là quelques coquilles et imperfections


  Postez un commentaire sur cette oeuvre...
  Voir les commentaires déjà postés sur l'oeuvre (déjà 1 message)

 

 
  Copyright © 2001, 2019 
  Tous droits réservés - Reproduction  interdite sans autorisation écrite. 
  
un site internet Emagma